<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=388281687962727&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">
Commencer
Commencer
Menu
Retour

Start-up française pour grands travaux asiatiques (Le Figaro)

- 2 minutes de lecture

new5-min

- 2 minutes de lecture

Depuis deux ans, Knowledge Corp défriche le marché de la mise au format tablette des plans de chantiers.

L'événement ne fera pas grand bruit de ce côté-ci de la planète. Mais, en 2015, se dérouleront à Singapour les 28e Jeux asiatiques, sorte de Jeux olympiques régionaux. Pour l'événement, la ville-État a décidé de construire un complexe pharaonique, Sports Hub : onze ouvrages - dont un stade de 55 000 places - répartis sur 35 hectares. Via sa filiale Dragages Singapour, le groupe Bouygues conduit de partenariat public-privé évalué à environ 1,1 milliard d'euros. À force de persuasion et de ténacité, une start-up française, Knowledge Corp, s'est glissée dans les cartons de Dragages grâce à son logiciel FinalCad. Celui-ci met au format des tablettes ou des smartphones les plans numérisés, les « découpe ». De plus, un système d'alerte signale en temps réel l'apparition de problèmes et leur degré de gravité grâce à des pastilles de couleurs.

La tablette remplace alors les dossiers volumineux et la vitesse de transmission des informations entre tous les corps de métiers s'en trouve accélérée. « Un conducteur de travaux peut aussi faire rapidement ses observations, photos à l'appui, aux sous-traitants, ce qui minimise les risques d'erreurs ou d'incompréhension », explique David Vauthrin, l'un des cofondateurs de cette PME qui a créé le logiciel FinalCad il y a deux ans.

Pendant toutes les phases de la construction du projet, l'ensemble des intervenants peut ainsi « en direct » l'évolution des travaux, ce qui facilite le traitement des observations inéluctables lors de la réception des chantiers. « Nous avons eu l'idée du logiciel en constatant sur un chantier que la levée des réserves se faisait toujours à la main », raconte Jimmy Louchart, également cofondateur de la start-up, avec son frère Geoffroy.

Observatoire de données

Ce contrat singapourien de 300 000 euros est le bâton de maréchal de l'entreprise dont le chiffre d'affaires attendu pour cette année est de l'ordre de 5 millions. « Soit une moyenne d'une centaine de chantiers par and, explique Jimmy Louchart. Dans deux ans, nous visons environ 25 millions d'euros de ventes. » À cette date, l'entreprise emploiera 50 personnes, soit presque deux fois plus qu'aujourd'hui. L'avenir s'annonce plutôt bien d'autant que la concurrence commence seulement à s'organiser.

Knowledge Corp, présente dans la réalisation des stades de Bordeaux, du Havre ou de l'Allianz Riviera à Nice, est sur le point de lever un million d'euros. Très impliquée à l'étranger, Knowledge Corp veut se développer en France et se diversifier en créant une base de données recensant les observations les plus souvent notées de manière manuscrite. « On peut ainsi informer nos clients des erreurs les plus fréquentes commises sur des chantiers identiques au leur, explique Jimmy Louchart. Ils peuvent ainsi les éviter. Là encore, c'est un gain de temps. »

Charles GAUTIER

figaro

Article original

Ces sujets peuvent vous intéresser

TRALUX LUXEMBOURG tablet team 7-min

Sécurité

CSPS : un coordinateur dédié à la sécuri...

Maîtriser la sécurité sur les chantiers de construction et de travaux publics est un enjeu majeur. P...

genie-civil-min

Productivité

L'OPC : l’atout stratégique et financier...

Pour des raisons financières, le respect du planning est d’une importance capitale pour les entrepri...

KER-min (2)

Communiqué de presse

Finalcad entre au Next40 et ouvre une no...

Un an après sa série C, l'entreprise a validé son pivot en SaaS, et doublé son portefeuille client. ...