<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=388281687962727&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">

- 3 minutes de lecture

Aujourd'hui, le recours au Building Information Modeling (BIM) – modélisation
des informations du bâtiment – est de plus en plus essentiel au sein des projets de construction. Ainsi, on estime que, rien qu'en France, 80 000 travailleurs devront être formés au BIM en 2020. Par ailleurs, 97 %  des acteurs du secteur
du bâtiment pensent qu'il faudrait avoir recours au BIM pendant les phases de construction et d'exploitation – sa valeur est donc claire pour tous les acteurs du secteur. Cependant, la mise en oeuvre du BIM nécessite d’adopter un nouvel état d'esprit, centré sur les données. Comprendre son utilisation n'est pas simple,
ce qui rend le BIM souvent accessible uniquement à un groupe restreint de personnes pour des usages particuliers. Le BIM a un nombre d'usages limité sur
le terrain, notamment lors de la phase de construction, ce qui freine également son adoption. Mais existe-t-il un moyen de le rendre plus utile pour davantage d'acteurs ?


Concrètement, qu'est-ce que le BIM ?

Les maquettes numériques créées via le BIM servent de référentiels centraux sur le chantier et permettent d'intégrer à la fois des systèmes, tels que les capteurs numériques, les machines/équipements, les dispositifs mobiles ou encore les applications logicielles. Il faut voir cela comme un plan numérique : on l'utilise beaucoup pendant la phase de conception et d'ingénierie, et il permet de repérer les potentiels problèmes de conception et d'y remédier en amont. Enfin, le BIM facilite considérablement la collaboration en permettant aux différents acteurs du projet d'accéder et de travailler sur une même maquette.
Or, chaque maquette possède ses propres caractéristiques et est organisée différemment en fonction de l'outil ou de la plateforme utilisés, ce qui peut compliquer la réalisation d’analyses inter projets. En plus de cela, une maquette numérique se compose souvent et surtout de chiffres et de géométrie - ce qui est utile en phase de conception mais pas en phase de réalisation. Il devient donc difficile de prendre en compte les informations du terrain une fois le projet démarré.


Exploiter le “i” de BIM

Lorsqu'une maquette numérique est créée, de nombreux détails – ou
« propriétés » – techniques sont ajoutés à chaque élément. Par exemple, on peut ajouter une porte à une maquette numérique, pour laquelle on indiquera des propriétés (ex. : dimensions, épaisseur). Toutefois, lorsqu'un BIM manager ou un architecte crée une zone spatiale ou géographique dans une maquette numérique, il indique rarement l'usage auquel la zone est destinée. En d'autres termes, une zone pourvue de portes et de fenêtres est créée, mais rien ne dit que l'espace en question est, par exemple, un couloir.
Pour remédier à ce problème, Finalcad a défini des zones types. Ainsi, chaque fois qu'un utilisateur de Finalcad souhaite créer puis utiliser une maquette numérique, il peut facilement naviguer et sélectionner l'espace souhaité. Ceci permet également de mieux comprendre ce que chacun doit faire en fonction des zones.


Récupérer les informations provenant du chantier

Grâce au zoning, chaque défaut constaté, chaque formulaire complété et chaque tâche effectuée lors de la construction peuvent être reliés à la maquette numérique. Les entreprises peuvent ensuite extraire les données et les comparer pour voir, par exemple, le nombre moyen de réserves dans un immeuble résidentiel ou le nombre de contrôles signalant des non-conformités dans un ouvrage. Ces informations peuvent aussi servir à évaluer le besoin de former des collaborateurs sur un processus d’installation spécifique, sur la nécessité de recourir à un nouveau sous-traitant, ou encore sur l’apparition récurrente d’un défaut particulier.
Le zoning facilite également la navigation au sein de la maquette numérique et la saisie de données : les zones Finalcad sont répertoriées dans l'application mobile, ce qui facilite l’usage pour les travailleurs sur le terrain. Les entreprises peuvent analyser les données en temps réel et intégrer des informations d’exploitation afin d'évaluer tout ce qu'il se passe pendant la construction et maintenir ainsi une continuité digitale.
Il est clair que le BIM présente un énorme potentiel pour améliorer l'efficacité et la qualité des projets, mais ce potentiel ne peut être effectif que s'il est correctement géré et mis en pratique, et s'il est utile non seulement pour la conception, mais également sur le terrain.

BIM article 2-Screenshot - FR


Pour plus d'informations sur les zones Finalcad : 

Demander une démo

Ces sujets peuvent vous intéresser

Productivité

BIM : Assurez la continuité digitale ent...

Aujourd'hui, le recours au Building Information Modeling (BIM) – modélisation des informations du bâ...

Productivité

Le bon choix digital : 3 aspects à prend...

Avant que le « confinement » ne s’impose à nous, la transformation digitale n'était pas une priorité...

Productivité

Digitalisation et lutte contre les faibl...

En mai, nous avons publié les résultats de notre enquête internationale sur l'état de la digitalisat...